18
Jun
2019

Raafat El-Namaky, AfricaRice Hybrid Rice Breeder (2009-2018), “Exploring hybrid rice potential in Africa”

The hybrid alternative for Africa

Developing the hybrid rice technology capacity of national partners, farmers, nongovernment organizations, and the private sector is a major component of the AfricaRice strategy.

Africa, which has tremendous agricultural potential, is often described as a continent of paradoxes. Rice statistics reveal one such paradox. The continent’s average rice yields, estimated at about 2 tons per hectare (ha), are among the lowest in the world. Yet, Egypt, in northern Africa, has one of the highest national average rice yields worldwide, with nearly 10 tons per ha.

Egypt’s rice yields were boosted by the use of high-yielding inbred and hybrid varieties, according to the Food and Agriculture Organization of the United Nations. Egypt is the only country in Africa that has successfully produced several varieties of hybrid rice with grain yield of 12–14 tons per ha. It has also developed a strategy to produce hybrids tolerant of salinity and drought.

It is no wonder that Egypt is also the only country on the continent that produces enough rice for its domestic demand, with a surplus for export. It was inspired by China, where hybrid rice has contributed significantly toward improved food security, environmental protection, and job creation since the early 1980s.

Exploring hybrid rice potential in Africa

Most African countries are still far from self-sufficient in meeting their rice demand. In 2013, Africa imported 14 million tons of milled rice at a cost of USD 7.5 billion. The continent, therefore, needs to urgently improve rice productivity to reduce its heavy dependence on imports.

As a result of heterosis (hybrid vigor), hybrid rice shows a yield advantage of 15‒20% over the best inbred variety grown under the same conditions. It can provide an avenue for African rice farmers to raise their rice yields and profitability.

“Hybrid rice is also more competitive with weeds—a major constraint, particularly in direct-seeded rice,” explained Raafat El-Namaky, a hybrid rice breeder at the Africa Rice Center (AfricaRice).

Hybrid rice technology, however, faces some major challenges. Farmers have to buy fresh seed every cropping season because hybrid grain will not breed true if used as seed. Also, because of the high cost of hybrid seed production, hybrid seed is usually quite expensive. To make it economically viable, it is necessary to raise the yield of hybrid seed production to at least 2‒3 tons per ha.

“Hybrid rice seed production can thus be a profitable business,” Dr. El-Namaky added. “Moreover, as it requires intensive labor input, it can create employment opportunities for Africa’s youth.”

Hybrid rice could also help African rice farmers get used to certified seeds because it is necessary to renew the seed every year. “In Africa, most farmers tend to use their own varieties and seed, despite the availability of improved seed; consequently, yields are low,” said Dr. El-Namaky.

The AfricaRice strategy: hybrid rice for sub-Saharan Africa

Green Super Rice (GSR) project: Since 2008, AfricaRice has been involved in evaluating Chinese hybrid rice lines in sub-Saharan Africa (SSA) through the GSR project to make Chinese rice cultivars (inbred and hybrid varieties) accessible to rice farmers in Africa and Asia. The project is coordinated by the Chinese Academy of Agricultural Sciences, the International Rice Research Institute (IRRI), and AfricaRice.

In the first phase of the project, most of the Chinese cultivars evaluated in SSA confirmed their high yield potential but succumbed to African insect pests and diseases. The second and third phases of the project are using African rice germplasm and GSR lines as donors for local adaptation. The project also conducts training in hybrid rice seed production.

AfricaRice hybrid breeding program: In response to the interest of its member countries, AfricaRice established its own hybrid rice breeding program in 2010 at its regional station in Saint Louis, Senegal.

To date, more than 500 hybrids and their parental lines have been developed and evaluated on-station in Saint Louis under irrigated and rainfed lowland conditions. About 50 hybrids showed a 15‒20% (1.0‒1.5 tons per ha) yield advantage over the inbred check. Most of them are early-maturing (110‒120 days) and high-yielding (10‒13 tons per ha).

“This will allow farmers to obtain high yield and grow two crops per year,” said Dr. El-Namaky. He added that most of these hybrids have good grain quality traits (medium and long grains with intermediate to high amylose content). Their milling percentage (degree of recovery) is more than 67% compared with 65% for the inbred check.

Developing the hybrid rice technology capacity of national partners, farmers, nongovernment organizations, and the private sector is a major component of the AfricaRice strategy. A new set of rice hybrids, with seed yield ranging from 2.0 to 3.5 tons per ha, developed by AfricaRice is being evaluated with public and private seed companies in Burkina Faso, Kenya, Mali, Mauritania, Nigeria, Senegal, and Uganda. A roadmap for hybrid rice testing, release, and dissemination in Nigeria and Mali has been developed. Technical backstopping and training on hybrid rice seed production are being provided.

“We insist that local companies be trained to produce hybrid seed within the subregion,” said Dr. El-Namaky. “Otherwise, if the hybrid seed is brought from Asia, there is a risk that rice diseases from Asia would spread here through the seed.”

Farmers’ choice

More than 100 farmers who participated in the hybrid selections over the past three years showed a keen interest in these hybrids. Out of the eight promising hybrids, they selected on-station, four were grown in large demonstration plots in farmers’ fields in Saint Louis. Two high-yielding and early-maturing hybrids—AR032H and the aromatic AR051H—were selected for release in Senegal.

“I would like to grow this type of rice so that I can earn more,” said Mrs. Sahibatou Gueye, a local rice farmer, after inspecting the hybrids.

Mr. Abdoulaye Faye, a farmer-entrepreneur, said the hybrids should be made available to farmers as quickly as possible, along with supportive measures from the government and training of farmers in seed production.

Mr. Omar N’daw Faye, head of the rice breeding unit at the Senegal Institute for Agricultural Research, assured that the selected hybrids would be released shortly in the country. “We also need to urgently build our national capacity in hybrid rice technology so that we can support our farmers and seed producers.”

The way forward

AfricaRice will continue to support areas that are key to a successful hybrid rice program: establishing an efficient seed industry, developing high-performing hybrids, and improving capacity development.

AfricaRice is strengthening its collaboration with many partners, particularly through its participation in the Hybrid Rice Development Consortium (HRDC) coordinated by IRRI. HRDC aims to strengthen collaboration between the private and public sector and improve hybrid rice technology dissemination.

The center believes that hybrid rice technology can help leverage private-sector investment in rice research and development in Africa. It will also advocate for increased public-private partnerships and government support to hybrid rice technology in SSA.

“We encourage all partners to work with us, particularly the private sector, as it has more experience and capacity in this area,” said Dr. El-Namaky.

Podcast : Savitri Mohapatra, R.Raman, AfricaRice

28 July 2017

18
Jun
2019

Omar N’daw Faye, Sélectionneur de riz, ISRA, “Explorer le potentiel du riz hybride en Afrique”

LE RIZ HYBRIDE : L’ALTERNATIVE POUR L’AFRIQUE

L’Afrique qui renferme un potentiel agricole considérable est souvent décrite comme le continent des contrastes. Les statistiques rizicoles illustrent un tel paradoxe. Les rendements rizicoles moyens estimés à près de 2 tonnes par ha figurent parmi les plus faibles au monde. Pourtant, l’Égypte en Afrique du Nord, a l’un des rendements rizicoles moyens les plus élevés dans le monde, avec près de 10 tonnes par ha.

Selon la FAO, les champs de riz en Égypte ont été boostés par l'utilisation de variétés hybrides et consanguines à haut rendement. L’Égypte est le seul pays en Afrique qui a mis au point avec succès plusieurs variétés de riz hybride dont le rendement atteint près de 12–14 tonnes par ha. Le pays a également élaboré une stratégie pour produire des hybrides tolérants à la salinité et à la sécheresse.

Il n’est pas surprenant que l’Égypte soit également le seul pays du continent à produire suffisamment de riz pour sa demande nationale, dont l’excédent est exporté. Le pays s’est inspiré de la Chine, où le riz hybride a contribué de manière significative à l’amélioration de la sécurité alimentaire, à la protection environnementale et à la création d’emplois depuis le début des années 1980.

Explorer le potentiel du riz hybride en Afrique

La plupart des pays africains sont encore loin d’être autosuffisants en matière de satisfaction de la demande nationale de riz. En 2013, l’Afrique importait 14 millions de tonnes de riz usiné à hauteur de 7,5 milliards de $US. Il est impérieux que le continent améliore la productivité rizicole et réduise sa forte dépendance sur les importations.

Issu de l’hétérosis (vigueur hybride), le riz hybride présente un avantage de 15–20 % comparé aux meilleures variétés consanguines cultivées dans les mêmes conditions. Le riz hybride peut permettre aux riziculteurs africains d’augmenter les rendements et la rentabilité du riz.

« Le riz hybride est également plus compétitif face aux adventices – une principale contrainte, particulièrement chez le riz semé directement, » a expliqué Dr Raafat El-Namaky, sélectionneur de riz hybride à AfricaRice.

La technologie du riz hybride est cependant confrontée à de grands défis. Les producteurs doivent acheter de nouvelles semences à chaque campagne. De plus, du fait du coût de production élevé des semences hybrides, les semences hybrides sont généralement très chères. Afin d’assurer leur viabilité économique, il est nécessaire d’augmenter les rendements de la production de semences hybrides (au moins 2–3 t/ha).

« La production de semences de riz hybride peut ainsi être une activité rentable. De plus, comme il requiert une main-d’œuvre importante, il peut également créer des emplois pour la jeunesse en Afrique, » ajoute Dr El-Namaky. Le riz hybride pourrait également permettre aux riziculteurs africains de s’habituer aux semences certifiées, car il est nécessaire de renouveler les semences tous les ans. « En Afrique, malgré la disponibilité des semences améliorées, la majorité des producteurs ont tendance à utiliser leurs propres variétés et semences. Cela se traduit par de faibles rendements. »

Riz hybride pour l’Afrique subsaharienne (ASS) : Stratégie d’AfricaRice

Projet Green Super Rice (GSR) : Depuis 2008, AfricaRice est impliqué dans l’évaluation des lignées de riz hybride chinois en ASS à travers le projet GSR qui vise à rendre les cultivars de riz chinois (variétés consanguines et hybrides) accessibles aux riziculteurs en Afrique et en Asie. Le projet est coordonné par l’Académie chinoise des sciences agricoles, l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) et AfricaRice.

Dans la première phase du projet, la plupart des cultivars chinois qui ont été évalués en ASS ont confirmé leur potentiel de rendement élevé, mais ont succombé aux insectes et maladies africains. Les seconde et troisième phases du projet respectivement utilisent le matériel génétique de riz africain et les lignées de GSR comme donneurs pour l’adaptation locale. Le projet dispense également des formations en production de semences de riz hybride.

Programme de sélection de riz hybride à AfricaRice : Pour répondre à l’engouement des États membres, AfricaRice a mis en place son propre programme de sélection de riz hybride en 2010 à sa station régionale à Saint-Louis, au Sénégal.

À ce jour, plus de 500 hybrides et leurs lignées parentales ont été mis au point et évalués à la station à Saint-Louis en conditions irriguées et de bas-fond pluvial. Près de 50 hybrides ont présenté un avantage de rendement de 15–20 % (1-1,5 t/ha) comparé au témoin consanguin.

« La plupart sont précoces (110–120 jours) et ont un rendement élevé (10–13 t/ha). Cela permettra aux producteurs d’obtenir des rendements élevés et de faire deux cultures par an, » a affirmé Dr El-Namaky. Il a ajouté que la plupart de ces hybrides ont de bonnes qualités en grain (moyen et long grain avec une teneur en amylose intermédiaire à élevée). Leur pourcentage d’usinage est plus de 67 comparé à 65 pour le témoin consanguin. Choix des producteurs
Plus de 100 producteurs qui ont participé aux sélections des hybrides pendant les trois dernières années ont manifesté leur intérêt pour ces hybrides. Des huit hybrides prometteurs sélectionnés par ces derniers à la station, quatre hybrides ont été cultivés sur de grandes parcelles de démonstration dans les champs des producteurs à Saint-Louis. Deux hybrides à rendement élevé et précoces – AR032H et AR051H (parfumé) – ont été sélectionnés en vue de leur homologation au Sénégal.

Lors de l’inspection des hybrides, Mme Sahibatou Gueye, une rizicultrice locale a affirmé, « je voudrais cultiver ce type de riz pour gagner plus d’argent. » Pour M. Abdoulaye Faye, un entrepreneur producteur, les hybrides doivent être mis à la disposition des producteurs dès que possible et accompagnés de mesures d’appui du gouvernement, et de la formation des producteurs en production semencière.

M. Omar N’daw Faye, responsable de l’Unité de sélection du riz à l’Institut sénégalais de recherche agricole (ISRA) a garanti que les hybrides sélectionnés seraient homologués très prochainement dans le pays. « Il est impérieux que nous renforcions notre capacité nationale en matière de technologie du riz hybride, afin que nous puissions appuyer nos paysans et producteurs de semences. »

Un important volet de la stratégie d’AfricaRice reste le renforcement des capacités en technologie du riz hybride des partenaires nationaux, des producteurs, des organisations non gouvernementales et du secteur privé. « Nous insistons sur le fait que les sociétés locales doivent être formées pour produire des semences hybrides dans la sous-région. Dans le cas contraire, si les semences proviennent d'Asie, les maladies du riz en Asie risquent de se propager par le biais des semences, » a affirmé Dr El-Namaky.

Un nouveau lot de riz hybride (avec des semences dont le rendement varie entre 2,0 – 3,5 t/ha) mis au point par AfricaRice est actuellement évalué par des sociétés semencières publiques et privées au Burkina Faso, au Kenya, au Mali, en Mauritanie, au Nigeria, au Sénégal, et en Ouganda. Une feuille de route a été élaborée en vue du test, de l’homologation et de la dissémination du riz hybride au Nigeria et au Mali. L’appui technique et la formation sur la production de riz hybride sont fournis.

Perspective

AfricaRice continuera d’apporter son appui dans des domaines clés en vue de la réussite du programme de riz hybride : création d’une industrie semencière efficiente, mise au point d’hybrides hautement performants et renforcement des capacités. Il fera également le plaidoyer en vue d’un partenariat public privé et de l’appui du gouvernement à la technologie du riz hybride en ASS.

AfricaRice renforce sa collaboration avec de nombreux partenaires, en particulier à travers sa participation au Consortium de développement du riz hybride (HRDC), coordonné par IRRI. HRDC compte renforcer la collaboration entre le secteur privé et public, et améliorer la dissémination de la technologie du riz hybride.

« Nous appelons tous les partenaires à travailler avec nous, en particulier le secteur privé, car il est plus expérimenté et a de plus grandes capacités dans ce domaine, » déclare Dr El-Namaky. AfricaRice reste convaincu que la technologie du riz hybride peut contribuer à mobiliser les investissements du secteur privé dans la recherche et le développement rizicoles en Afrique.

Video : Savitri Mohapatra, R.Raman, AfricaRice

28 juillet 2017

18
Jun
2019

Abdoulaye Faye, Entrepreneur et producteur, Saint Louis, Sénégal, “Explorer le potentiel du riz hybride en Afrique”

LE RIZ HYBRIDE : L’ALTERNATIVE POUR L’AFRIQUE

L’Afrique qui renferme un potentiel agricole considérable est souvent décrite comme le continent des contrastes. Les statistiques rizicoles illustrent un tel paradoxe. Les rendements rizicoles moyens estimés à près de 2 tonnes par ha figurent parmi les plus faibles au monde. Pourtant, l’Égypte en Afrique du Nord, a l’un des rendements rizicoles moyens les plus élevés dans le monde, avec près de 10 tonnes par ha.

Selon la FAO, les champs de riz en Égypte ont été boostés par l'utilisation de variétés hybrides et consanguines à haut rendement. L’Égypte est le seul pays en Afrique qui a mis au point avec succès plusieurs variétés de riz hybride dont le rendement atteint près de 12–14 tonnes par ha. Le pays a également élaboré une stratégie pour produire des hybrides tolérants à la salinité et à la sécheresse.

Il n’est pas surprenant que l’Égypte soit également le seul pays du continent à produire suffisamment de riz pour sa demande nationale, dont l’excédent est exporté. Le pays s’est inspiré de la Chine, où le riz hybride a contribué de manière significative à l’amélioration de la sécurité alimentaire, à la protection environnementale et à la création d’emplois depuis le début des années 1980.

Explorer le potentiel du riz hybride en Afrique

La plupart des pays africains sont encore loin d’être autosuffisants en matière de satisfaction de la demande nationale de riz. En 2013, l’Afrique importait 14 millions de tonnes de riz usiné à hauteur de 7,5 milliards de $US. Il est impérieux que le continent améliore la productivité rizicole et réduise sa forte dépendance sur les importations.

Issu de l’hétérosis (vigueur hybride), le riz hybride présente un avantage de 15–20 % comparé aux meilleures variétés consanguines cultivées dans les mêmes conditions. Le riz hybride peut permettre aux riziculteurs africains d’augmenter les rendements et la rentabilité du riz.

« Le riz hybride est également plus compétitif face aux adventices – une principale contrainte, particulièrement chez le riz semé directement, » a expliqué Dr Raafat El-Namaky, sélectionneur de riz hybride à AfricaRice.

La technologie du riz hybride est cependant confrontée à de grands défis. Les producteurs doivent acheter de nouvelles semences à chaque campagne. De plus, du fait du coût de production élevé des semences hybrides, les semences hybrides sont généralement très chères. Afin d’assurer leur viabilité économique, il est nécessaire d’augmenter les rendements de la production de semences hybrides (au moins 2–3 t/ha).

« La production de semences de riz hybride peut ainsi être une activité rentable. De plus, comme il requiert une main-d’œuvre importante, il peut également créer des emplois pour la jeunesse en Afrique, » ajoute Dr El-Namaky. Le riz hybride pourrait également permettre aux riziculteurs africains de s’habituer aux semences certifiées, car il est nécessaire de renouveler les semences tous les ans. « En Afrique, malgré la disponibilité des semences améliorées, la majorité des producteurs ont tendance à utiliser leurs propres variétés et semences. Cela se traduit par de faibles rendements. »

Riz hybride pour l’Afrique subsaharienne (ASS) : Stratégie d’AfricaRice

Projet Green Super Rice (GSR) : Depuis 2008, AfricaRice est impliqué dans l’évaluation des lignées de riz hybride chinois en ASS à travers le projet GSR qui vise à rendre les cultivars de riz chinois (variétés consanguines et hybrides) accessibles aux riziculteurs en Afrique et en Asie. Le projet est coordonné par l’Académie chinoise des sciences agricoles, l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) et AfricaRice.

Dans la première phase du projet, la plupart des cultivars chinois qui ont été évalués en ASS ont confirmé leur potentiel de rendement élevé, mais ont succombé aux insectes et maladies africains. Les seconde et troisième phases du projet respectivement utilisent le matériel génétique de riz africain et les lignées de GSR comme donneurs pour l’adaptation locale. Le projet dispense également des formations en production de semences de riz hybride.

Programme de sélection de riz hybride à AfricaRice : Pour répondre à l’engouement des États membres, AfricaRice a mis en place son propre programme de sélection de riz hybride en 2010 à sa station régionale à Saint-Louis, au Sénégal.

À ce jour, plus de 500 hybrides et leurs lignées parentales ont été mis au point et évalués à la station à Saint-Louis en conditions irriguées et de bas-fond pluvial. Près de 50 hybrides ont présenté un avantage de rendement de 15–20 % (1-1,5 t/ha) comparé au témoin consanguin.

« La plupart sont précoces (110–120 jours) et ont un rendement élevé (10–13 t/ha). Cela permettra aux producteurs d’obtenir des rendements élevés et de faire deux cultures par an, » a affirmé Dr El-Namaky. Il a ajouté que la plupart de ces hybrides ont de bonnes qualités en grain (moyen et long grain avec une teneur en amylose intermédiaire à élevée). Leur pourcentage d’usinage est plus de 67 comparé à 65 pour le témoin consanguin. Choix des producteurs
Plus de 100 producteurs qui ont participé aux sélections des hybrides pendant les trois dernières années ont manifesté leur intérêt pour ces hybrides. Des huit hybrides prometteurs sélectionnés par ces derniers à la station, quatre hybrides ont été cultivés sur de grandes parcelles de démonstration dans les champs des producteurs à Saint-Louis. Deux hybrides à rendement élevé et précoces – AR032H et AR051H (parfumé) – ont été sélectionnés en vue de leur homologation au Sénégal.

Lors de l’inspection des hybrides, Mme Sahibatou Gueye, une rizicultrice locale a affirmé, « je voudrais cultiver ce type de riz pour gagner plus d’argent. » Pour M. Abdoulaye Faye, un entrepreneur producteur, les hybrides doivent être mis à la disposition des producteurs dès que possible et accompagnés de mesures d’appui du gouvernement, et de la formation des producteurs en production semencière.

M. Omar N’daw Faye, responsable de l’Unité de sélection du riz à l’Institut sénégalais de recherche agricole (ISRA) a garanti que les hybrides sélectionnés seraient homologués très prochainement dans le pays. « Il est impérieux que nous renforcions notre capacité nationale en matière de technologie du riz hybride, afin que nous puissions appuyer nos paysans et producteurs de semences. »

Un important volet de la stratégie d’AfricaRice reste le renforcement des capacités en technologie du riz hybride des partenaires nationaux, des producteurs, des organisations non gouvernementales et du secteur privé. « Nous insistons sur le fait que les sociétés locales doivent être formées pour produire des semences hybrides dans la sous-région. Dans le cas contraire, si les semences proviennent d'Asie, les maladies du riz en Asie risquent de se propager par le biais des semences, » a affirmé Dr El-Namaky.

Un nouveau lot de riz hybride (avec des semences dont le rendement varie entre 2,0 – 3,5 t/ha) mis au point par AfricaRice est actuellement évalué par des sociétés semencières publiques et privées au Burkina Faso, au Kenya, au Mali, en Mauritanie, au Nigeria, au Sénégal, et en Ouganda. Une feuille de route a été élaborée en vue du test, de l’homologation et de la dissémination du riz hybride au Nigeria et au Mali. L’appui technique et la formation sur la production de riz hybride sont fournis.

Perspective

AfricaRice continuera d’apporter son appui dans des domaines clés en vue de la réussite du programme de riz hybride : création d’une industrie semencière efficiente, mise au point d’hybrides hautement performants et renforcement des capacités. Il fera également le plaidoyer en vue d’un partenariat public privé et de l’appui du gouvernement à la technologie du riz hybride en ASS.

AfricaRice renforce sa collaboration avec de nombreux partenaires, en particulier à travers sa participation au Consortium de développement du riz hybride (HRDC), coordonné par IRRI. HRDC compte renforcer la collaboration entre le secteur privé et public, et améliorer la dissémination de la technologie du riz hybride.

« Nous appelons tous les partenaires à travailler avec nous, en particulier le secteur privé, car il est plus expérimenté et a de plus grandes capacités dans ce domaine, » déclare Dr El-Namaky. AfricaRice reste convaincu que la technologie du riz hybride peut contribuer à mobiliser les investissements du secteur privé dans la recherche et le développement rizicoles en Afrique.

Video : Savitri Mohapatra, R.Raman, AfricaRice

28 juillet 2017

18
Jun
2019

Sahibatou Gueye, Riziculteur, Saint Louis, Sénégal, “Explorer le potentiel du riz hybride en Afrique”

LE RIZ HYBRIDE : L’ALTERNATIVE POUR L’AFRIQUE

L’Afrique qui renferme un potentiel agricole considérable est souvent décrite comme le continent des contrastes. Les statistiques rizicoles illustrent un tel paradoxe. Les rendements rizicoles moyens estimés à près de 2 tonnes par ha figurent parmi les plus faibles au monde. Pourtant, l’Égypte en Afrique du Nord, a l’un des rendements rizicoles moyens les plus élevés dans le monde, avec près de 10 tonnes par ha.

Selon la FAO, les champs de riz en Égypte ont été boostés par l'utilisation de variétés hybrides et consanguines à haut rendement. L’Égypte est le seul pays en Afrique qui a mis au point avec succès plusieurs variétés de riz hybride dont le rendement atteint près de 12–14 tonnes par ha. Le pays a également élaboré une stratégie pour produire des hybrides tolérants à la salinité et à la sécheresse.

Il n’est pas surprenant que l’Égypte soit également le seul pays du continent à produire suffisamment de riz pour sa demande nationale, dont l’excédent est exporté. Le pays s’est inspiré de la Chine, où le riz hybride a contribué de manière significative à l’amélioration de la sécurité alimentaire, à la protection environnementale et à la création d’emplois depuis le début des années 1980.

Explorer le potentiel du riz hybride en Afrique

La plupart des pays africains sont encore loin d’être autosuffisants en matière de satisfaction de la demande nationale de riz. En 2013, l’Afrique importait 14 millions de tonnes de riz usiné à hauteur de 7,5 milliards de $US. Il est impérieux que le continent améliore la productivité rizicole et réduise sa forte dépendance sur les importations.

Issu de l’hétérosis (vigueur hybride), le riz hybride présente un avantage de 15–20 % comparé aux meilleures variétés consanguines cultivées dans les mêmes conditions. Le riz hybride peut permettre aux riziculteurs africains d’augmenter les rendements et la rentabilité du riz.

« Le riz hybride est également plus compétitif face aux adventices – une principale contrainte, particulièrement chez le riz semé directement, » a expliqué Dr Raafat El-Namaky, sélectionneur de riz hybride à AfricaRice.

La technologie du riz hybride est cependant confrontée à de grands défis. Les producteurs doivent acheter de nouvelles semences à chaque campagne. De plus, du fait du coût de production élevé des semences hybrides, les semences hybrides sont généralement très chères. Afin d’assurer leur viabilité économique, il est nécessaire d’augmenter les rendements de la production de semences hybrides (au moins 2–3 t/ha).

« La production de semences de riz hybride peut ainsi être une activité rentable. De plus, comme il requiert une main-d’œuvre importante, il peut également créer des emplois pour la jeunesse en Afrique, » ajoute Dr El-Namaky. Le riz hybride pourrait également permettre aux riziculteurs africains de s’habituer aux semences certifiées, car il est nécessaire de renouveler les semences tous les ans. « En Afrique, malgré la disponibilité des semences améliorées, la majorité des producteurs ont tendance à utiliser leurs propres variétés et semences. Cela se traduit par de faibles rendements. »

Riz hybride pour l’Afrique subsaharienne (ASS) : Stratégie d’AfricaRice

Projet Green Super Rice (GSR) : Depuis 2008, AfricaRice est impliqué dans l’évaluation des lignées de riz hybride chinois en ASS à travers le projet GSR qui vise à rendre les cultivars de riz chinois (variétés consanguines et hybrides) accessibles aux riziculteurs en Afrique et en Asie. Le projet est coordonné par l’Académie chinoise des sciences agricoles, l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) et AfricaRice.

Dans la première phase du projet, la plupart des cultivars chinois qui ont été évalués en ASS ont confirmé leur potentiel de rendement élevé, mais ont succombé aux insectes et maladies africains. Les seconde et troisième phases du projet respectivement utilisent le matériel génétique de riz africain et les lignées de GSR comme donneurs pour l’adaptation locale. Le projet dispense également des formations en production de semences de riz hybride.

Programme de sélection de riz hybride à AfricaRice : Pour répondre à l’engouement des États membres, AfricaRice a mis en place son propre programme de sélection de riz hybride en 2010 à sa station régionale à Saint-Louis, au Sénégal.

À ce jour, plus de 500 hybrides et leurs lignées parentales ont été mis au point et évalués à la station à Saint-Louis en conditions irriguées et de bas-fond pluvial. Près de 50 hybrides ont présenté un avantage de rendement de 15–20 % (1-1,5 t/ha) comparé au témoin consanguin.

« La plupart sont précoces (110–120 jours) et ont un rendement élevé (10–13 t/ha). Cela permettra aux producteurs d’obtenir des rendements élevés et de faire deux cultures par an, » a affirmé Dr El-Namaky. Il a ajouté que la plupart de ces hybrides ont de bonnes qualités en grain (moyen et long grain avec une teneur en amylose intermédiaire à élevée). Leur pourcentage d’usinage est plus de 67 comparé à 65 pour le témoin consanguin. Choix des producteurs
Plus de 100 producteurs qui ont participé aux sélections des hybrides pendant les trois dernières années ont manifesté leur intérêt pour ces hybrides. Des huit hybrides prometteurs sélectionnés par ces derniers à la station, quatre hybrides ont été cultivés sur de grandes parcelles de démonstration dans les champs des producteurs à Saint-Louis. Deux hybrides à rendement élevé et précoces – AR032H et AR051H (parfumé) – ont été sélectionnés en vue de leur homologation au Sénégal.

Lors de l’inspection des hybrides, Mme Sahibatou Gueye, une rizicultrice locale a affirmé, « je voudrais cultiver ce type de riz pour gagner plus d’argent. » Pour M. Abdoulaye Faye, un entrepreneur producteur, les hybrides doivent être mis à la disposition des producteurs dès que possible et accompagnés de mesures d’appui du gouvernement, et de la formation des producteurs en production semencière.

M. Omar N’daw Faye, responsable de l’Unité de sélection du riz à l’Institut sénégalais de recherche agricole (ISRA) a garanti que les hybrides sélectionnés seraient homologués très prochainement dans le pays. « Il est impérieux que nous renforcions notre capacité nationale en matière de technologie du riz hybride, afin que nous puissions appuyer nos paysans et producteurs de semences. »

Un important volet de la stratégie d’AfricaRice reste le renforcement des capacités en technologie du riz hybride des partenaires nationaux, des producteurs, des organisations non gouvernementales et du secteur privé. « Nous insistons sur le fait que les sociétés locales doivent être formées pour produire des semences hybrides dans la sous-région. Dans le cas contraire, si les semences proviennent d'Asie, les maladies du riz en Asie risquent de se propager par le biais des semences, » a affirmé Dr El-Namaky.

Un nouveau lot de riz hybride (avec des semences dont le rendement varie entre 2,0 – 3,5 t/ha) mis au point par AfricaRice est actuellement évalué par des sociétés semencières publiques et privées au Burkina Faso, au Kenya, au Mali, en Mauritanie, au Nigeria, au Sénégal, et en Ouganda. Une feuille de route a été élaborée en vue du test, de l’homologation et de la dissémination du riz hybride au Nigeria et au Mali. L’appui technique et la formation sur la production de riz hybride sont fournis.

Perspective

AfricaRice continuera d’apporter son appui dans des domaines clés en vue de la réussite du programme de riz hybride : création d’une industrie semencière efficiente, mise au point d’hybrides hautement performants et renforcement des capacités. Il fera également le plaidoyer en vue d’un partenariat public privé et de l’appui du gouvernement à la technologie du riz hybride en ASS.

AfricaRice renforce sa collaboration avec de nombreux partenaires, en particulier à travers sa participation au Consortium de développement du riz hybride (HRDC), coordonné par IRRI. HRDC compte renforcer la collaboration entre le secteur privé et public, et améliorer la dissémination de la technologie du riz hybride.

« Nous appelons tous les partenaires à travailler avec nous, en particulier le secteur privé, car il est plus expérimenté et a de plus grandes capacités dans ce domaine, » déclare Dr El-Namaky. AfricaRice reste convaincu que la technologie du riz hybride peut contribuer à mobiliser les investissements du secteur privé dans la recherche et le développement rizicoles en Afrique.

Video : Savitri Mohapatra, R.Raman, AfricaRice

28 juillet 2017

18
Jun
2019

El Hadji Abdoul Aziz Ly, Agronomie, Université Assane SECK de Ziguinchor, “Explorer le potentiel du riz hybride en Afrique”

LE RIZ HYBRIDE : L’ALTERNATIVE POUR L’AFRIQUE

L’Afrique qui renferme un potentiel agricole considérable est souvent décrite comme le continent des contrastes. Les statistiques rizicoles illustrent un tel paradoxe. Les rendements rizicoles moyens estimés à près de 2 tonnes par ha figurent parmi les plus faibles au monde. Pourtant, l’Égypte en Afrique du Nord, a l’un des rendements rizicoles moyens les plus élevés dans le monde, avec près de 10 tonnes par ha.

Selon la FAO, les champs de riz en Égypte ont été boostés par l'utilisation de variétés hybrides et consanguines à haut rendement. L’Égypte est le seul pays en Afrique qui a mis au point avec succès plusieurs variétés de riz hybride dont le rendement atteint près de 12–14 tonnes par ha. Le pays a également élaboré une stratégie pour produire des hybrides tolérants à la salinité et à la sécheresse.

Il n’est pas surprenant que l’Égypte soit également le seul pays du continent à produire suffisamment de riz pour sa demande nationale, dont l’excédent est exporté. Le pays s’est inspiré de la Chine, où le riz hybride a contribué de manière significative à l’amélioration de la sécurité alimentaire, à la protection environnementale et à la création d’emplois depuis le début des années 1980.

Explorer le potentiel du riz hybride en Afrique

La plupart des pays africains sont encore loin d’être autosuffisants en matière de satisfaction de la demande nationale de riz. En 2013, l’Afrique importait 14 millions de tonnes de riz usiné à hauteur de 7,5 milliards de $US. Il est impérieux que le continent améliore la productivité rizicole et réduise sa forte dépendance sur les importations.

Issu de l’hétérosis (vigueur hybride), le riz hybride présente un avantage de 15–20 % comparé aux meilleures variétés consanguines cultivées dans les mêmes conditions. Le riz hybride peut permettre aux riziculteurs africains d’augmenter les rendements et la rentabilité du riz.

« Le riz hybride est également plus compétitif face aux adventices – une principale contrainte, particulièrement chez le riz semé directement, » a expliqué Dr Raafat El-Namaky, sélectionneur de riz hybride à AfricaRice.

La technologie du riz hybride est cependant confrontée à de grands défis. Les producteurs doivent acheter de nouvelles semences à chaque campagne. De plus, du fait du coût de production élevé des semences hybrides, les semences hybrides sont généralement très chères. Afin d’assurer leur viabilité économique, il est nécessaire d’augmenter les rendements de la production de semences hybrides (au moins 2–3 t/ha).

« La production de semences de riz hybride peut ainsi être une activité rentable. De plus, comme il requiert une main-d’œuvre importante, il peut également créer des emplois pour la jeunesse en Afrique, » ajoute Dr El-Namaky. Le riz hybride pourrait également permettre aux riziculteurs africains de s’habituer aux semences certifiées, car il est nécessaire de renouveler les semences tous les ans. « En Afrique, malgré la disponibilité des semences améliorées, la majorité des producteurs ont tendance à utiliser leurs propres variétés et semences. Cela se traduit par de faibles rendements. »

Riz hybride pour l’Afrique subsaharienne (ASS) : Stratégie d’AfricaRice

Projet Green Super Rice (GSR) : Depuis 2008, AfricaRice est impliqué dans l’évaluation des lignées de riz hybride chinois en ASS à travers le projet GSR qui vise à rendre les cultivars de riz chinois (variétés consanguines et hybrides) accessibles aux riziculteurs en Afrique et en Asie. Le projet est coordonné par l’Académie chinoise des sciences agricoles, l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) et AfricaRice.

Dans la première phase du projet, la plupart des cultivars chinois qui ont été évalués en ASS ont confirmé leur potentiel de rendement élevé, mais ont succombé aux insectes et maladies africains. Les seconde et troisième phases du projet respectivement utilisent le matériel génétique de riz africain et les lignées de GSR comme donneurs pour l’adaptation locale. Le projet dispense également des formations en production de semences de riz hybride.

Programme de sélection de riz hybride à AfricaRice : Pour répondre à l’engouement des États membres, AfricaRice a mis en place son propre programme de sélection de riz hybride en 2010 à sa station régionale à Saint-Louis, au Sénégal.

À ce jour, plus de 500 hybrides et leurs lignées parentales ont été mis au point et évalués à la station à Saint-Louis en conditions irriguées et de bas-fond pluvial. Près de 50 hybrides ont présenté un avantage de rendement de 15–20 % (1-1,5 t/ha) comparé au témoin consanguin.

« La plupart sont précoces (110–120 jours) et ont un rendement élevé (10–13 t/ha). Cela permettra aux producteurs d’obtenir des rendements élevés et de faire deux cultures par an, » a affirmé Dr El-Namaky. Il a ajouté que la plupart de ces hybrides ont de bonnes qualités en grain (moyen et long grain avec une teneur en amylose intermédiaire à élevée). Leur pourcentage d’usinage est plus de 67 comparé à 65 pour le témoin consanguin. Choix des producteurs
Plus de 100 producteurs qui ont participé aux sélections des hybrides pendant les trois dernières années ont manifesté leur intérêt pour ces hybrides. Des huit hybrides prometteurs sélectionnés par ces derniers à la station, quatre hybrides ont été cultivés sur de grandes parcelles de démonstration dans les champs des producteurs à Saint-Louis. Deux hybrides à rendement élevé et précoces – AR032H et AR051H (parfumé) – ont été sélectionnés en vue de leur homologation au Sénégal.

Lors de l’inspection des hybrides, Mme Sahibatou Gueye, une rizicultrice locale a affirmé, « je voudrais cultiver ce type de riz pour gagner plus d’argent. » Pour M. Abdoulaye Faye, un entrepreneur producteur, les hybrides doivent être mis à la disposition des producteurs dès que possible et accompagnés de mesures d’appui du gouvernement, et de la formation des producteurs en production semencière.

M. Omar N’daw Faye, responsable de l’Unité de sélection du riz à l’Institut sénégalais de recherche agricole (ISRA) a garanti que les hybrides sélectionnés seraient homologués très prochainement dans le pays. « Il est impérieux que nous renforcions notre capacité nationale en matière de technologie du riz hybride, afin que nous puissions appuyer nos paysans et producteurs de semences. »

Un important volet de la stratégie d’AfricaRice reste le renforcement des capacités en technologie du riz hybride des partenaires nationaux, des producteurs, des organisations non gouvernementales et du secteur privé. « Nous insistons sur le fait que les sociétés locales doivent être formées pour produire des semences hybrides dans la sous-région. Dans le cas contraire, si les semences proviennent d'Asie, les maladies du riz en Asie risquent de se propager par le biais des semences, » a affirmé Dr El-Namaky.

Un nouveau lot de riz hybride (avec des semences dont le rendement varie entre 2,0 – 3,5 t/ha) mis au point par AfricaRice est actuellement évalué par des sociétés semencières publiques et privées au Burkina Faso, au Kenya, au Mali, en Mauritanie, au Nigeria, au Sénégal, et en Ouganda. Une feuille de route a été élaborée en vue du test, de l’homologation et de la dissémination du riz hybride au Nigeria et au Mali. L’appui technique et la formation sur la production de riz hybride sont fournis.

Perspective

AfricaRice continuera d’apporter son appui dans des domaines clés en vue de la réussite du programme de riz hybride : création d’une industrie semencière efficiente, mise au point d’hybrides hautement performants et renforcement des capacités. Il fera également le plaidoyer en vue d’un partenariat public privé et de l’appui du gouvernement à la technologie du riz hybride en ASS.

AfricaRice renforce sa collaboration avec de nombreux partenaires, en particulier à travers sa participation au Consortium de développement du riz hybride (HRDC), coordonné par IRRI. HRDC compte renforcer la collaboration entre le secteur privé et public, et améliorer la dissémination de la technologie du riz hybride.

« Nous appelons tous les partenaires à travailler avec nous, en particulier le secteur privé, car il est plus expérimenté et a de plus grandes capacités dans ce domaine, » déclare Dr El-Namaky. AfricaRice reste convaincu que la technologie du riz hybride peut contribuer à mobiliser les investissements du secteur privé dans la recherche et le développement rizicoles en Afrique.

Video : Savitri Mohapatra, R.Raman, AfricaRice

28 juillet 2017

18
Jun
2019

Bakèba Iradiang, ISFAR, Université de Thiès, “Explorer le potentiel du riz hybride en Afrique”

LE RIZ HYBRIDE : L’ALTERNATIVE POUR L’AFRIQUE

L’Afrique qui renferme un potentiel agricole considérable est souvent décrite comme le continent des contrastes. Les statistiques rizicoles illustrent un tel paradoxe. Les rendements rizicoles moyens estimés à près de 2 tonnes par ha figurent parmi les plus faibles au monde. Pourtant, l’Égypte en Afrique du Nord, a l’un des rendements rizicoles moyens les plus élevés dans le monde, avec près de 10 tonnes par ha.

Selon la FAO, les champs de riz en Égypte ont été boostés par l'utilisation de variétés hybrides et consanguines à haut rendement. L’Égypte est le seul pays en Afrique qui a mis au point avec succès plusieurs variétés de riz hybride dont le rendement atteint près de 12–14 tonnes par ha. Le pays a également élaboré une stratégie pour produire des hybrides tolérants à la salinité et à la sécheresse.

Il n’est pas surprenant que l’Égypte soit également le seul pays du continent à produire suffisamment de riz pour sa demande nationale, dont l’excédent est exporté. Le pays s’est inspiré de la Chine, où le riz hybride a contribué de manière significative à l’amélioration de la sécurité alimentaire, à la protection environnementale et à la création d’emplois depuis le début des années 1980.

Explorer le potentiel du riz hybride en Afrique

La plupart des pays africains sont encore loin d’être autosuffisants en matière de satisfaction de la demande nationale de riz. En 2013, l’Afrique importait 14 millions de tonnes de riz usiné à hauteur de 7,5 milliards de $US. Il est impérieux que le continent améliore la productivité rizicole et réduise sa forte dépendance sur les importations.

Issu de l’hétérosis (vigueur hybride), le riz hybride présente un avantage de 15–20 % comparé aux meilleures variétés consanguines cultivées dans les mêmes conditions. Le riz hybride peut permettre aux riziculteurs africains d’augmenter les rendements et la rentabilité du riz.

« Le riz hybride est également plus compétitif face aux adventices – une principale contrainte, particulièrement chez le riz semé directement, » a expliqué Dr Raafat El-Namaky, sélectionneur de riz hybride à AfricaRice.

La technologie du riz hybride est cependant confrontée à de grands défis. Les producteurs doivent acheter de nouvelles semences à chaque campagne. De plus, du fait du coût de production élevé des semences hybrides, les semences hybrides sont généralement très chères. Afin d’assurer leur viabilité économique, il est nécessaire d’augmenter les rendements de la production de semences hybrides (au moins 2–3 t/ha).

« La production de semences de riz hybride peut ainsi être une activité rentable. De plus, comme il requiert une main-d’œuvre importante, il peut également créer des emplois pour la jeunesse en Afrique, » ajoute Dr El-Namaky. Le riz hybride pourrait également permettre aux riziculteurs africains de s’habituer aux semences certifiées, car il est nécessaire de renouveler les semences tous les ans. « En Afrique, malgré la disponibilité des semences améliorées, la majorité des producteurs ont tendance à utiliser leurs propres variétés et semences. Cela se traduit par de faibles rendements. »

Riz hybride pour l’Afrique subsaharienne (ASS) : Stratégie d’AfricaRice

Projet Green Super Rice (GSR) : Depuis 2008, AfricaRice est impliqué dans l’évaluation des lignées de riz hybride chinois en ASS à travers le projet GSR qui vise à rendre les cultivars de riz chinois (variétés consanguines et hybrides) accessibles aux riziculteurs en Afrique et en Asie. Le projet est coordonné par l’Académie chinoise des sciences agricoles, l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) et AfricaRice.

Dans la première phase du projet, la plupart des cultivars chinois qui ont été évalués en ASS ont confirmé leur potentiel de rendement élevé, mais ont succombé aux insectes et maladies africains. Les seconde et troisième phases du projet respectivement utilisent le matériel génétique de riz africain et les lignées de GSR comme donneurs pour l’adaptation locale. Le projet dispense également des formations en production de semences de riz hybride.

Programme de sélection de riz hybride à AfricaRice : Pour répondre à l’engouement des États membres, AfricaRice a mis en place son propre programme de sélection de riz hybride en 2010 à sa station régionale à Saint-Louis, au Sénégal.

À ce jour, plus de 500 hybrides et leurs lignées parentales ont été mis au point et évalués à la station à Saint-Louis en conditions irriguées et de bas-fond pluvial. Près de 50 hybrides ont présenté un avantage de rendement de 15–20 % (1-1,5 t/ha) comparé au témoin consanguin.

« La plupart sont précoces (110–120 jours) et ont un rendement élevé (10–13 t/ha). Cela permettra aux producteurs d’obtenir des rendements élevés et de faire deux cultures par an, » a affirmé Dr El-Namaky. Il a ajouté que la plupart de ces hybrides ont de bonnes qualités en grain (moyen et long grain avec une teneur en amylose intermédiaire à élevée). Leur pourcentage d’usinage est plus de 67 comparé à 65 pour le témoin consanguin. Choix des producteurs
Plus de 100 producteurs qui ont participé aux sélections des hybrides pendant les trois dernières années ont manifesté leur intérêt pour ces hybrides. Des huit hybrides prometteurs sélectionnés par ces derniers à la station, quatre hybrides ont été cultivés sur de grandes parcelles de démonstration dans les champs des producteurs à Saint-Louis. Deux hybrides à rendement élevé et précoces – AR032H et AR051H (parfumé) – ont été sélectionnés en vue de leur homologation au Sénégal.

Lors de l’inspection des hybrides, Mme Sahibatou Gueye, une rizicultrice locale a affirmé, « je voudrais cultiver ce type de riz pour gagner plus d’argent. » Pour M. Abdoulaye Faye, un entrepreneur producteur, les hybrides doivent être mis à la disposition des producteurs dès que possible et accompagnés de mesures d’appui du gouvernement, et de la formation des producteurs en production semencière.

M. Omar N’daw Faye, responsable de l’Unité de sélection du riz à l’Institut sénégalais de recherche agricole (ISRA) a garanti que les hybrides sélectionnés seraient homologués très prochainement dans le pays. « Il est impérieux que nous renforcions notre capacité nationale en matière de technologie du riz hybride, afin que nous puissions appuyer nos paysans et producteurs de semences. »

Un important volet de la stratégie d’AfricaRice reste le renforcement des capacités en technologie du riz hybride des partenaires nationaux, des producteurs, des organisations non gouvernementales et du secteur privé. « Nous insistons sur le fait que les sociétés locales doivent être formées pour produire des semences hybrides dans la sous-région. Dans le cas contraire, si les semences proviennent d'Asie, les maladies du riz en Asie risquent de se propager par le biais des semences, » a affirmé Dr El-Namaky.

Un nouveau lot de riz hybride (avec des semences dont le rendement varie entre 2,0 – 3,5 t/ha) mis au point par AfricaRice est actuellement évalué par des sociétés semencières publiques et privées au Burkina Faso, au Kenya, au Mali, en Mauritanie, au Nigeria, au Sénégal, et en Ouganda. Une feuille de route a été élaborée en vue du test, de l’homologation et de la dissémination du riz hybride au Nigeria et au Mali. L’appui technique et la formation sur la production de riz hybride sont fournis.

Perspective

AfricaRice continuera d’apporter son appui dans des domaines clés en vue de la réussite du programme de riz hybride : création d’une industrie semencière efficiente, mise au point d’hybrides hautement performants et renforcement des capacités. Il fera également le plaidoyer en vue d’un partenariat public privé et de l’appui du gouvernement à la technologie du riz hybride en ASS.

AfricaRice renforce sa collaboration avec de nombreux partenaires, en particulier à travers sa participation au Consortium de développement du riz hybride (HRDC), coordonné par IRRI. HRDC compte renforcer la collaboration entre le secteur privé et public, et améliorer la dissémination de la technologie du riz hybride.

« Nous appelons tous les partenaires à travailler avec nous, en particulier le secteur privé, car il est plus expérimenté et a de plus grandes capacités dans ce domaine, » déclare Dr El-Namaky. AfricaRice reste convaincu que la technologie du riz hybride peut contribuer à mobiliser les investissements du secteur privé dans la recherche et le développement rizicoles en Afrique.

Video : Savitri Mohapatra, R.Raman, AfricaRice

28 juillet 2017

18
Jun
2019

Karim Traoré, AfricaRice Rice Breeder, Anambé success story

Senegal’s quiet rice revolution -- Seed growers turn Anambé into a valley of prosperity

Unknown to many, rice seed growers are quietly turning Anambé, Kolda region in southern Senegal into a valley of prosperity.

Thanks to an amazing synergy among all the stakeholders, subsistence farmers in Kolda have become prosperous in less than two years doing a booming business in quality seed. Also, Kolda has become for the first time a major hub for upland rice seed production in Senegal. This transformation is helping the country move faster towards the goal set by the government to achieve rice self-sufficiency by 2017.

Anambé success story

“With the profits I recently made selling rice seed, I have bought two tractors, and I am thinking of acquiring a third one,” said Mr. Issa Baldé, chairman of the Anambé valley farmers’ federation (FEPROBA) in sector 5, Dialakégné. He proudly announced that he has enrolled his son in a football training school in Dakar, whose fees are 2.6 million FCFA (USD 4,315).

Many other members of FEPROBA, which has about 4,600 farmers, have similar success stories to tell. Some of them are building new houses with the cash from seed sale. They are benefiting from the government’s subsidy scheme for buying agricultural machinery and are able to get bank loans because of the profits they are making from seed production.

“I had never seen 1 million FCFA (USD 1,659) in my life until now,” remarked Souleymane Gano. “By selling rice seeds, I made 1.3 million FCFA (USD 2,157) after paying all my loans.” Mamadou Dian Diallo, another seed grower, has built a 2-storey house with storerooms and bought two tractors and one four-by-four vehicle.

FEPROBA chairman El-Hadj Gano made enough money from selling seeds to buy a tractor, build a house, buy cattle, and enroll his children in a private school. Mrs. Fatoumata Sabaly from Soutouré village in Anambé has produced 77 tons of rice seed this year. She also bought a tractor and has 60 heads of cattle.

Reasons behind the success

The Anambé success story started in July 2014 when FEPROBA received 60 tons of seed of NERICA 4 and NERICA 6 rice varieties for the upland ecology and WITA 9 variety for the lowland ecology. The seeds were distributed by the Africa Rice Center (AfricaRice) and the Senegal Ministry of Agriculture and Rural Equipment as part of the Japan-funded Emergency Rice Initiative implemented by AfricaRice.

Anambé was identified by the National Rice Self-Sufficiency Program (PNAR) as a hub for upland rice seed production because the valley has good water control facilities and also the possibility of supplemental irrigation, if necessary, during the off-season. The government is also keen to improve the livelihoods of farming communities in Kolda, one of the poorest regions of Senegal.

PNAR coordinates the various efforts relating to the development of the national rice sector and seeks to help the country achieve rice sufficiency by 2017 by producing 1.6 million tons of paddy (1.08 million tons of milled rice). Although earlier the government had determined that 80% of this would come from irrigated rice and 20% from upland rice, it decided to increase the share of upland rice production to 40% in 2014.

This change in strategy was largely thanks to a program supported by the United States Agency for International Development (USAID) in southern Senegal, which demonstrated that the productivity of upland rice system could be significantly improved using high-yielding varieties such as the new rice for Africa (NERICA) with good agricultural practices, mechanization, and an efficient seed system.

“However as upland rice was seen as a poor relative in Senegal, no quality seed was practically available for farmers,” explained Dr. Waly Diouf, PNAR coordinator. “Therefore, AfricaRice’s offer of seeds came at an opportune moment. We decided to distribute them to FEPROBA farmers, in collaboration with the Society for Agricultural and Industrial Development in Senegal (SODAGRI) so that they could multiply them for large-scale distribution.”

The seed growers were supported through advisory and extension services. Since the beginning of the initiative, AfricaRice has been an active partner of the government in the training of trainers, including extension agents, in improved rice production practices. According to Dr. Karim Traoré, AfricaRice Grain Quality and Seed System expert, one of the main resource persons in the training program, good quality seed is essential for farmers to have good harvests.

Improving the seed system

Anambé seed growers have been following government procedures to produce certified seed. Quality control of the seeds is done by the National Seed Division (DISEM) starting from the field. Seed samples are tested for germination, physical purity and moisture content in the government seed testing laboratory in Tambacounda.

In January 2015, a seed treatment center with a sorting capacity of 40 tons per day was established in Kolda with support from USAID. The center, which is run by a private company, certifies the seeds after cleaning, grading, and treating them at 20,000 FCFA (about US$ 33) per ton paid by the seed growers.

“We ensure that our center sends out certified seeds that farmers can count on for increasing their production,” said Mr. Baila Diop, manager of the Kolda center.

Tangible results
Within a couple of years, the Anambé valley has truly become one of the biggest suppliers of certified seed for upland rice in Senegal. “In 2015, it supplied more than 1,000 tons of upland rice seed and in 2016, nearly 2,000 tons are expected,” stated Moussa Baldé, director general of SODAGRI.

“The initiative has brought hope among FEPROBA farmers, who have understood that seed production can be a profitable business,” he added. “Our target is to supply at least 50% of certified seed needed for upland rice cultivation in Senegal by 2017.”

Kolda is feeding Kolda rice
According to FAO, Senegal reaped a record 906,000 tons of paddy (634,000 tons of milled rice) in 2015, which is 62% higher than the production in 2014. It projects that, in 2016, the country will collect at least 950,000 tons of paddy (665,000 tons of milled rice), up 5% from the 2015 record.

The Anambé seed growers have certainly contributed to the growing success of the government’s new strategy and are fulfilling the promise of the slogan “Kolda is feeding Kolda” in rice. They are eager to do more. “We have now the supporting policies from the government. Farmers can feed Senegal without going outside for help,” said Mr. Baldé.

He and the other FEPROBA members requested the government to increase the irrigated areas as there is a high demand from a growing number of farmers who are coming to Anambé after witnessing the seed boom. They would also like to have a seed treatment center nearer the production sites and a rice processing factory.

For Dr. Diouf, the Anambé success story is a vision of the government that has come true thanks to all the research and development partners, including AfricaRice. “We were able to ensure rice self-sufficiency in Kolda within two years. We are now no longer speaking of self-sufficiency here but of prosperity. This means we have moved to a higher level of development.”

Video : Savitri Mohapatra, R.Raman, AfricaRice

Nov 8, 2016

18
Jun
2019

Dr Moussa Baldé, Directeur général, SODAGRI

Dr Moussa Baldé, en conversation avec l'équipe de communication d'AfricaRice le 22 juin 2016

Révolution rizicole au Sénégal sans tambour ni trompette -- Les producteurs de semences transforment l’Anambé en une vallée prospère

À l’insu de quasiment tous, les producteurs de semences de riz transforment l’Anambé, dans la région de Kolda dans le Sud du Sénégal, en une vallée prospère. Grâce à une synergie incroyable entre tous les acteurs, les producteurs de subsistance à Kolda sont devenus prospères en moins de deux ans en produisant des semences de qualité, une activité en plein essor.

De plus, Kolda est devenue pour la première fois un pôle majeur pour la production des semences de riz de plateau au Sénégal. Cette transformation aide le pays à atteindre plus vite l’objectif fixé par le gouvernement pour atteindre l’autosuffisance en riz d’ici 2017.

L’expérience réussie de l’Anambé

« Avec les bénéfices que j’ai faits récemment dans la vente des semences de riz, j’ai acheté deux tracteurs et j’envisage acquérir un troisième, » a déclaré Issa Baldé, président de la Fédération des producteurs du bassin de l’Anambé (FEPROBA) dans le secteur 5, Dialakégné. Il a fièrement annoncé qu’il a inscrit son fils dans une école de football à Dakar, dont les frais s’élèvent à 2,6 millions de FCFA (4 315 USD).

Beaucoup d’autres membres de la FEPROBA, qui compte environ 4 600 producteurs, ont des cas de réussite similaires à raconter. Certains d’entre eux sont en train de construire de nouvelles maisons avec l’argent gagné de la vente des semences. Ils bénéficient du programme de subvention du gouvernement pour l’achat de machines agricoles et peuvent avoir des prêts bancaires à cause des bénéfices qu’ils tirent de la production des semences.

« Jusqu’à maintenant, je n’avais jamais vu 1 million de francs CFA (1 659 USD) de ma vie, » a fait remarquer Souleymane Gano. « En vendant les semences de riz, j’ai gagné 1,3 million de francs CFA (2 157 USD) après avoir payé toutes mes dettes. » Mamadou Dian Diallo, un autre producteur de semences, a construit une maison à deux étages avec des magasins, acheté deux tracteurs et une voiture 4x4.

Le président de la FEPROBA, El-Hadj Gano, a gagné suffisamment d’argent dans les semences pour acheter un tracteur, construire une maison, acheter du bétail et inscrire ses enfants dans une école privée. Mme Fatoumata Sabaly, du village de Soutouré dans l’Anambé, a produit 77 tonnes de semences de riz cette année. Elle a aussi acheté un tracteur et possède 60 têtes de bétails.

Les raisons qui sous-tendent le succès

L’expérience réussie de l’Anambé a commencé en juillet 2014 quand la FEPROBA a reçu 60 tonnes de semences de variétés de riz NERICA 4 et NERICA 6 pour l’écologie de plateau et la variété WITA 9 pour l’écologie de bas-fond. Les semences ont été distribuées par AfricaRice et le ministère sénégalais de l’Agriculture et de l’Équipement rural dans le cadre de l’Initiative riz d’urgence financée par le Japon et mise en œuvre par AfricaRice.

L’Anambé a été identifiée par le Programme national d’autosuffisance en riz (PNAR) comme un pôle pour la production des semences de riz de plateau, parce que la vallée dispose de bonnes infrastructures de maîtrise de l’eau et a aussi la possibilité de faire une irrigation d’appoint si nécessaire pendant la contre-saison. Le gouvernement tient aussi à améliorer les moyens de subsistance des communautés paysannes à Kolda puisque c’est l’une des régions les plus pauvres du Sénégal.

Le PNAR a pour mission d’assurer la cohérence des différentes interventions relatives au développement de la filière riz local, de renforcer sa promotion et son développement par l’augmentation des superficies, la modernisation des moyens et des méthodes de production et de transformation, et la professionnalisation des acteurs en vue d’améliorer la sécurité alimentaire et de contribuer ainsi à la lutte contre la pauvreté.

Dans ce cadre, il assume la responsabilité de conduire le Sénégal vers l’autosuffisance en riz d’ici 2017 en produisant 1,6 million de tonnes de paddy (1,08 million de tonnes de riz usiné). Bien qu’auparavant le gouvernement ait déterminé que 80 % de cette quantité proviendrait du riz irrigué et 20 % du riz pluvial, en 2014 il a décidé d’augmenter la part de la production du riz pluvial à 40 %.

Ce changement de stratégie était dû en grande partie à un programme appuyé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) dans le Sud du Sénégal, qui a démontré que la productivité du système de riziculture pluviale pouvait être significativement améliorée en utilisant des variétés à haut rendement telles que les NERICA avec de bonnes pratiques agricoles, la mécanisation et un système semencier efficace.

« Cependant, puisque le riz pluvial était perçu comme un parent pauvre au Sénégal, il n’y avait pratiquement pas de semences de qualité disponibles pour les producteurs » a expliqué Dr Waly Diouf, Coordinateur du PNAR. « L’offre de semences d’AfricaRice est donc arrivée à point nommé. Nous avons décidé de les distribuer aux producteurs de la FEPROBA, avec l’accompagnement de la Société de développement agricole et industriel du Sénégal (SODAGRI) afin qu’ils puissent les multiplier pour une distribution à grande échelle. »

Les producteurs de semences ont été appuyés à travers les services d’encadrement et de vulgarisation. Depuis le début de l’initiative, AfricaRice a été un partenaire actif du gouvernement dans la formation des formateurs, y compris les agents de vulgarisation, en pratiques améliorées de la production rizicole. Selon Dr Karim Traoré, Expert en qualité grain et en semences à AfricaRice, l’une des principales personnes ressources du programme de formation, la semence de bonne qualité est essentielle pour que les producteurs puissent avoir de bonnes récoltes.

Amélioration du système semencier

Les producteurs de semences de l’Anambé suivent les procédures du gouvernement pour produire les semences certifiées. Le contrôle qualité des semences est fait par la Division des semences (DISEM) depuis le champ. Des échantillons de semences sont testés pour la germination, la pureté physique et la teneur en humidité dans le laboratoire national de test des semences à Tambacounda.

En janvier 2015, un centre de traitement des semences avec une capacité de triage de 40 tonnes par jour a été construit à Kolda avec le soutien de l’USAID. Le centre, qui est dirigé par une compagnie privée, certifie les semences après le nettoyage, le calibrage et le traitement à 20 000 FCFA (environ 33 USD) par tonne payés par les producteurs de semences.

« Nous veillons à ce que notre centre envoie des semences certifiées sur lesquelles les producteurs peuvent compter pour accroître leur production, » a déclaré M. Baila Diop, Gérant du centre de Kolda.

Résultats tangibles

Au bout de quelques années, la vallée de l’Anambé est véritablement devenue l’un des plus grands fournisseurs de semences certifiées pour la riziculture pluviale au Sénégal. « En 2015, elle a fourni plus de 1 000 tonnes de semences de riz pluvial et en 2016, plus de 2 000 tonnes sont attendues, » a affirmé M. Moussa Baldé, Directeur général de la SODAGRI.

« L’initiative a apporté l’espoir aux producteurs de la FEPROBA, qui ont compris que la production de semences peut être une affaire rentable, » a-t-il ajouté. « Notre objectif est de fournir au moins 50 % des semences certifiées requises pour la riziculture pluviale au Sénégal d’ici 2017. »

Kolda nourrit Kolda en riz

Selon la FAO, le Sénégal a obtenu une récolte record de 906 000 tonnes de paddy (634 000 tonnes de riz usiné) en 2015, ce qui est supérieur de 62 % à la production de 2014. Elle projette qu’en 2016, le pays va collecter au moins 950 000 tonnes de paddy (665 000 tonnes de riz usiné).

Les producteurs de semences de l’Anambé ont sans aucun doute contribué au succès grandissant de la nouvelle stratégie du gouvernement et sont en train de tenir la promesse du slogan « Kolda nourrit Kolda » en riz. Ils désirent vivement faire plus. « Nous avons maintenant les politiques d’appui du gouvernement. Les producteurs peuvent nourrir le Sénégal sans aller chercher de l’aide à l’extérieur, » a déclaré Issa Baldé.

Lui et les autres membres de la FEPROBA ont demandé au gouvernement d’accroître les superficies irriguées puisqu’il existe une demande forte de la part du nombre grandissant de producteurs qui viennent dans l’Anambé après avoir été témoins du boom des semences. Ils aimeraient aussi avoir un centre de traitement des semences plus proche des sites de production et une usine de transformation du riz.

Pour Dr Diouf, l’expérience réussie de l’Anambé est une vision du gouvernement qui est devenue une réalité grâce à l’ensemble des partenaires de la recherche et du développement, y compris AfricaRice. « Nous avons pu assurer l’autosuffisance en riz à Kolda au bout de deux ans. Maintenant, nous ne parlons plus d’autosuffisance ici, mais de prospérité. Cela signifie que nous sommes passés à un niveau de développement plus élevé. »

Podcast : Savitri Mohapatra, R.Raman, AfricaRice

Mardi 22 novembre 2016

18
Jun
2019

Waly Diouf, Coordinateur, PNAR, L’expérience réussie de l’Anambé

Révolution rizicole au Sénégal sans tambour ni trompette -- Les producteurs de semences transforment l’Anambé en une vallée prospère

À l’insu de quasiment tous, les producteurs de semences de riz transforment l’Anambé, dans la région de Kolda dans le Sud du Sénégal, en une vallée prospère. Grâce à une synergie incroyable entre tous les acteurs, les producteurs de subsistance à Kolda sont devenus prospères en moins de deux ans en produisant des semences de qualité, une activité en plein essor.

De plus, Kolda est devenue pour la première fois un pôle majeur pour la production des semences de riz de plateau au Sénégal. Cette transformation aide le pays à atteindre plus vite l’objectif fixé par le gouvernement pour atteindre l’autosuffisance en riz d’ici 2017.

L’expérience réussie de l’Anambé

« Avec les bénéfices que j’ai faits récemment dans la vente des semences de riz, j’ai acheté deux tracteurs et j’envisage acquérir un troisième, » a déclaré Issa Baldé, président de la Fédération des producteurs du bassin de l’Anambé (FEPROBA) dans le secteur 5, Dialakégné. Il a fièrement annoncé qu’il a inscrit son fils dans une école de football à Dakar, dont les frais s’élèvent à 2,6 millions de FCFA (4 315 USD).

Beaucoup d’autres membres de la FEPROBA, qui compte environ 4 600 producteurs, ont des cas de réussite similaires à raconter. Certains d’entre eux sont en train de construire de nouvelles maisons avec l’argent gagné de la vente des semences. Ils bénéficient du programme de subvention du gouvernement pour l’achat de machines agricoles et peuvent avoir des prêts bancaires à cause des bénéfices qu’ils tirent de la production des semences.

« Jusqu’à maintenant, je n’avais jamais vu 1 million de francs CFA (1 659 USD) de ma vie, » a fait remarquer Souleymane Gano. « En vendant les semences de riz, j’ai gagné 1,3 million de francs CFA (2 157 USD) après avoir payé toutes mes dettes. » Mamadou Dian Diallo, un autre producteur de semences, a construit une maison à deux étages avec des magasins, acheté deux tracteurs et une voiture 4x4.

Le président de la FEPROBA, El-Hadj Gano, a gagné suffisamment d’argent dans les semences pour acheter un tracteur, construire une maison, acheter du bétail et inscrire ses enfants dans une école privée. Mme Fatoumata Sabaly, du village de Soutouré dans l’Anambé, a produit 77 tonnes de semences de riz cette année. Elle a aussi acheté un tracteur et possède 60 têtes de bétails.

Les raisons qui sous-tendent le succès

L’expérience réussie de l’Anambé a commencé en juillet 2014 quand la FEPROBA a reçu 60 tonnes de semences de variétés de riz NERICA 4 et NERICA 6 pour l’écologie de plateau et la variété WITA 9 pour l’écologie de bas-fond. Les semences ont été distribuées par AfricaRice et le ministère sénégalais de l’Agriculture et de l’Équipement rural dans le cadre de l’Initiative riz d’urgence financée par le Japon et mise en œuvre par AfricaRice.

L’Anambé a été identifiée par le Programme national d’autosuffisance en riz (PNAR) comme un pôle pour la production des semences de riz de plateau, parce que la vallée dispose de bonnes infrastructures de maîtrise de l’eau et a aussi la possibilité de faire une irrigation d’appoint si nécessaire pendant la contre-saison. Le gouvernement tient aussi à améliorer les moyens de subsistance des communautés paysannes à Kolda puisque c’est l’une des régions les plus pauvres du Sénégal.

Le PNAR a pour mission d’assurer la cohérence des différentes interventions relatives au développement de la filière riz local, de renforcer sa promotion et son développement par l’augmentation des superficies, la modernisation des moyens et des méthodes de production et de transformation, et la professionnalisation des acteurs en vue d’améliorer la sécurité alimentaire et de contribuer ainsi à la lutte contre la pauvreté.

Dans ce cadre, il assume la responsabilité de conduire le Sénégal vers l’autosuffisance en riz d’ici 2017 en produisant 1,6 million de tonnes de paddy (1,08 million de tonnes de riz usiné). Bien qu’auparavant le gouvernement ait déterminé que 80 % de cette quantité proviendrait du riz irrigué et 20 % du riz pluvial, en 2014 il a décidé d’augmenter la part de la production du riz pluvial à 40 %.

Ce changement de stratégie était dû en grande partie à un programme appuyé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) dans le Sud du Sénégal, qui a démontré que la productivité du système de riziculture pluviale pouvait être significativement améliorée en utilisant des variétés à haut rendement telles que les NERICA avec de bonnes pratiques agricoles, la mécanisation et un système semencier efficace.

« Cependant, puisque le riz pluvial était perçu comme un parent pauvre au Sénégal, il n’y avait pratiquement pas de semences de qualité disponibles pour les producteurs » a expliqué Dr Waly Diouf, Coordinateur du PNAR. « L’offre de semences d’AfricaRice est donc arrivée à point nommé. Nous avons décidé de les distribuer aux producteurs de la FEPROBA, avec l’accompagnement de la Société de développement agricole et industriel du Sénégal (SODAGRI) afin qu’ils puissent les multiplier pour une distribution à grande échelle. »

Les producteurs de semences ont été appuyés à travers les services d’encadrement et de vulgarisation. Depuis le début de l’initiative, AfricaRice a été un partenaire actif du gouvernement dans la formation des formateurs, y compris les agents de vulgarisation, en pratiques améliorées de la production rizicole. Selon Dr Karim Traoré, Expert en qualité grain et en semences à AfricaRice, l’une des principales personnes ressources du programme de formation, la semence de bonne qualité est essentielle pour que les producteurs puissent avoir de bonnes récoltes.

Amélioration du système semencier

Les producteurs de semences de l’Anambé suivent les procédures du gouvernement pour produire les semences certifiées. Le contrôle qualité des semences est fait par la Division des semences (DISEM) depuis le champ. Des échantillons de semences sont testés pour la germination, la pureté physique et la teneur en humidité dans le laboratoire national de test des semences à Tambacounda.

En janvier 2015, un centre de traitement des semences avec une capacité de triage de 40 tonnes par jour a été construit à Kolda avec le soutien de l’USAID. Le centre, qui est dirigé par une compagnie privée, certifie les semences après le nettoyage, le calibrage et le traitement à 20 000 FCFA (environ 33 USD) par tonne payés par les producteurs de semences.

« Nous veillons à ce que notre centre envoie des semences certifiées sur lesquelles les producteurs peuvent compter pour accroître leur production, » a déclaré M. Baila Diop, Gérant du centre de Kolda.

Résultats tangibles

Au bout de quelques années, la vallée de l’Anambé est véritablement devenue l’un des plus grands fournisseurs de semences certifiées pour la riziculture pluviale au Sénégal. « En 2015, elle a fourni plus de 1 000 tonnes de semences de riz pluvial et en 2016, plus de 2 000 tonnes sont attendues, » a affirmé M. Moussa Baldé, Directeur général de la SODAGRI.

« L’initiative a apporté l’espoir aux producteurs de la FEPROBA, qui ont compris que la production de semences peut être une affaire rentable, » a-t-il ajouté. « Notre objectif est de fournir au moins 50 % des semences certifiées requises pour la riziculture pluviale au Sénégal d’ici 2017. »

Kolda nourrit Kolda en riz

Selon la FAO, le Sénégal a obtenu une récolte record de 906 000 tonnes de paddy (634 000 tonnes de riz usiné) en 2015, ce qui est supérieur de 62 % à la production de 2014. Elle projette qu’en 2016, le pays va collecter au moins 950 000 tonnes de paddy (665 000 tonnes de riz usiné).

Les producteurs de semences de l’Anambé ont sans aucun doute contribué au succès grandissant de la nouvelle stratégie du gouvernement et sont en train de tenir la promesse du slogan « Kolda nourrit Kolda » en riz. Ils désirent vivement faire plus. « Nous avons maintenant les politiques d’appui du gouvernement. Les producteurs peuvent nourrir le Sénégal sans aller chercher de l’aide à l’extérieur, » a déclaré Issa Baldé.

Lui et les autres membres de la FEPROBA ont demandé au gouvernement d’accroître les superficies irriguées puisqu’il existe une demande forte de la part du nombre grandissant de producteurs qui viennent dans l’Anambé après avoir été témoins du boom des semences. Ils aimeraient aussi avoir un centre de traitement des semences plus proche des sites de production et une usine de transformation du riz.

Pour Dr Diouf, l’expérience réussie de l’Anambé est une vision du gouvernement qui est devenue une réalité grâce à l’ensemble des partenaires de la recherche et du développement, y compris AfricaRice. « Nous avons pu assurer l’autosuffisance en riz à Kolda au bout de deux ans. Maintenant, nous ne parlons plus d’autosuffisance ici, mais de prospérité. Cela signifie que nous sommes passés à un niveau de développement plus élevé. »

Podcast : Savitri Mohapatra, R.Raman, AfricaRice

Mardi 22 novembre 2016

18
Jun
2019

Baila Diop, Gérant, SEDAB SARL, Kolda, Sénégal, L’expérience réussie de l’Anambé

Révolution rizicole au Sénégal sans tambour ni trompette -- Les producteurs de semences transforment l’Anambé en une vallée prospère

À l’insu de quasiment tous, les producteurs de semences de riz transforment l’Anambé, dans la région de Kolda dans le Sud du Sénégal, en une vallée prospère. Grâce à une synergie incroyable entre tous les acteurs, les producteurs de subsistance à Kolda sont devenus prospères en moins de deux ans en produisant des semences de qualité, une activité en plein essor.

De plus, Kolda est devenue pour la première fois un pôle majeur pour la production des semences de riz de plateau au Sénégal. Cette transformation aide le pays à atteindre plus vite l’objectif fixé par le gouvernement pour atteindre l’autosuffisance en riz d’ici 2017.

L’expérience réussie de l’Anambé

« Avec les bénéfices que j’ai faits récemment dans la vente des semences de riz, j’ai acheté deux tracteurs et j’envisage acquérir un troisième, » a déclaré Issa Baldé, président de la Fédération des producteurs du bassin de l’Anambé (FEPROBA) dans le secteur 5, Dialakégné. Il a fièrement annoncé qu’il a inscrit son fils dans une école de football à Dakar, dont les frais s’élèvent à 2,6 millions de FCFA (4 315 USD).

Beaucoup d’autres membres de la FEPROBA, qui compte environ 4 600 producteurs, ont des cas de réussite similaires à raconter. Certains d’entre eux sont en train de construire de nouvelles maisons avec l’argent gagné de la vente des semences. Ils bénéficient du programme de subvention du gouvernement pour l’achat de machines agricoles et peuvent avoir des prêts bancaires à cause des bénéfices qu’ils tirent de la production des semences.

« Jusqu’à maintenant, je n’avais jamais vu 1 million de francs CFA (1 659 USD) de ma vie, » a fait remarquer Souleymane Gano. « En vendant les semences de riz, j’ai gagné 1,3 million de francs CFA (2 157 USD) après avoir payé toutes mes dettes. » Mamadou Dian Diallo, un autre producteur de semences, a construit une maison à deux étages avec des magasins, acheté deux tracteurs et une voiture 4x4.

Le président de la FEPROBA, El-Hadj Gano, a gagné suffisamment d’argent dans les semences pour acheter un tracteur, construire une maison, acheter du bétail et inscrire ses enfants dans une école privée. Mme Fatoumata Sabaly, du village de Soutouré dans l’Anambé, a produit 77 tonnes de semences de riz cette année. Elle a aussi acheté un tracteur et possède 60 têtes de bétails.

Les raisons qui sous-tendent le succès

L’expérience réussie de l’Anambé a commencé en juillet 2014 quand la FEPROBA a reçu 60 tonnes de semences de variétés de riz NERICA 4 et NERICA 6 pour l’écologie de plateau et la variété WITA 9 pour l’écologie de bas-fond. Les semences ont été distribuées par AfricaRice et le ministère sénégalais de l’Agriculture et de l’Équipement rural dans le cadre de l’Initiative riz d’urgence financée par le Japon et mise en œuvre par AfricaRice.

L’Anambé a été identifiée par le Programme national d’autosuffisance en riz (PNAR) comme un pôle pour la production des semences de riz de plateau, parce que la vallée dispose de bonnes infrastructures de maîtrise de l’eau et a aussi la possibilité de faire une irrigation d’appoint si nécessaire pendant la contre-saison. Le gouvernement tient aussi à améliorer les moyens de subsistance des communautés paysannes à Kolda puisque c’est l’une des régions les plus pauvres du Sénégal.

Le PNAR a pour mission d’assurer la cohérence des différentes interventions relatives au développement de la filière riz local, de renforcer sa promotion et son développement par l’augmentation des superficies, la modernisation des moyens et des méthodes de production et de transformation, et la professionnalisation des acteurs en vue d’améliorer la sécurité alimentaire et de contribuer ainsi à la lutte contre la pauvreté.

Dans ce cadre, il assume la responsabilité de conduire le Sénégal vers l’autosuffisance en riz d’ici 2017 en produisant 1,6 million de tonnes de paddy (1,08 million de tonnes de riz usiné). Bien qu’auparavant le gouvernement ait déterminé que 80 % de cette quantité proviendrait du riz irrigué et 20 % du riz pluvial, en 2014 il a décidé d’augmenter la part de la production du riz pluvial à 40 %.

Ce changement de stratégie était dû en grande partie à un programme appuyé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) dans le Sud du Sénégal, qui a démontré que la productivité du système de riziculture pluviale pouvait être significativement améliorée en utilisant des variétés à haut rendement telles que les NERICA avec de bonnes pratiques agricoles, la mécanisation et un système semencier efficace.

« Cependant, puisque le riz pluvial était perçu comme un parent pauvre au Sénégal, il n’y avait pratiquement pas de semences de qualité disponibles pour les producteurs » a expliqué Dr Waly Diouf, Coordinateur du PNAR. « L’offre de semences d’AfricaRice est donc arrivée à point nommé. Nous avons décidé de les distribuer aux producteurs de la FEPROBA, avec l’accompagnement de la Société de développement agricole et industriel du Sénégal (SODAGRI) afin qu’ils puissent les multiplier pour une distribution à grande échelle. »

Les producteurs de semences ont été appuyés à travers les services d’encadrement et de vulgarisation. Depuis le début de l’initiative, AfricaRice a été un partenaire actif du gouvernement dans la formation des formateurs, y compris les agents de vulgarisation, en pratiques améliorées de la production rizicole. Selon Dr Karim Traoré, Expert en qualité grain et en semences à AfricaRice, l’une des principales personnes ressources du programme de formation, la semence de bonne qualité est essentielle pour que les producteurs puissent avoir de bonnes récoltes.

Amélioration du système semencier

Les producteurs de semences de l’Anambé suivent les procédures du gouvernement pour produire les semences certifiées. Le contrôle qualité des semences est fait par la Division des semences (DISEM) depuis le champ. Des échantillons de semences sont testés pour la germination, la pureté physique et la teneur en humidité dans le laboratoire national de test des semences à Tambacounda.

En janvier 2015, un centre de traitement des semences avec une capacité de triage de 40 tonnes par jour a été construit à Kolda avec le soutien de l’USAID. Le centre, qui est dirigé par une compagnie privée, certifie les semences après le nettoyage, le calibrage et le traitement à 20 000 FCFA (environ 33 USD) par tonne payés par les producteurs de semences.

« Nous veillons à ce que notre centre envoie des semences certifiées sur lesquelles les producteurs peuvent compter pour accroître leur production, » a déclaré M. Baila Diop, Gérant du centre de Kolda.

Résultats tangibles

Au bout de quelques années, la vallée de l’Anambé est véritablement devenue l’un des plus grands fournisseurs de semences certifiées pour la riziculture pluviale au Sénégal. « En 2015, elle a fourni plus de 1 000 tonnes de semences de riz pluvial et en 2016, plus de 2 000 tonnes sont attendues, » a affirmé M. Moussa Baldé, Directeur général de la SODAGRI.

« L’initiative a apporté l’espoir aux producteurs de la FEPROBA, qui ont compris que la production de semences peut être une affaire rentable, » a-t-il ajouté. « Notre objectif est de fournir au moins 50 % des semences certifiées requises pour la riziculture pluviale au Sénégal d’ici 2017. »

Kolda nourrit Kolda en riz

Selon la FAO, le Sénégal a obtenu une récolte record de 906 000 tonnes de paddy (634 000 tonnes de riz usiné) en 2015, ce qui est supérieur de 62 % à la production de 2014. Elle projette qu’en 2016, le pays va collecter au moins 950 000 tonnes de paddy (665 000 tonnes de riz usiné).

Les producteurs de semences de l’Anambé ont sans aucun doute contribué au succès grandissant de la nouvelle stratégie du gouvernement et sont en train de tenir la promesse du slogan « Kolda nourrit Kolda » en riz. Ils désirent vivement faire plus. « Nous avons maintenant les politiques d’appui du gouvernement. Les producteurs peuvent nourrir le Sénégal sans aller chercher de l’aide à l’extérieur, » a déclaré Issa Baldé.

Lui et les autres membres de la FEPROBA ont demandé au gouvernement d’accroître les superficies irriguées puisqu’il existe une demande forte de la part du nombre grandissant de producteurs qui viennent dans l’Anambé après avoir été témoins du boom des semences. Ils aimeraient aussi avoir un centre de traitement des semences plus proche des sites de production et une usine de transformation du riz.

Pour Dr Diouf, l’expérience réussie de l’Anambé est une vision du gouvernement qui est devenue une réalité grâce à l’ensemble des partenaires de la recherche et du développement, y compris AfricaRice. « Nous avons pu assurer l’autosuffisance en riz à Kolda au bout de deux ans. Maintenant, nous ne parlons plus d’autosuffisance ici, mais de prospérité. Cela signifie que nous sommes passés à un niveau de développement plus élevé. »

Podcast : Savitri Mohapatra, R.Raman, AfricaRice

Mardi 22 novembre 2016