12
April
2018

2018 AfricaRice Dr Robert Carsky Award : Dr Paul Kiepe reading out the citation for the winners in the GSS category

Présentation des récipiendaires du Prix Robert J. Carsky 2018 dans la catégorie GSS

Les trois membres du personnel de la maison d'hôtes à Bouaké, M. Joanny Zigani, cuisinier, M. Pierre Batiebé, aide-cuisinier, et Moussa Koné, agent d’entretien, travaillent pour AfricaRice depuis plus de vingt ans. Leurs journées sont longues, commençant généralement à partir de six heures du matin, avec la préparation du petit-déjeuner pour les invités et se terminent à 8 heures du soir, la vaisselle finie après le dîner. Et cela, sept jours sur sept. Jo, Pierre et Moussa sont connus pour leur amabilité, leur dévouement et leur serviabilité. Ils ne se plaignent jamais et sont toujours joyeux. Chaque demande des invités est traitée rapidement et efficacement. Tous les collègues, les membres du Conseil d'administration et les visiteurs séjournant au Guest House se sentent chez eux grâce à l’accueil et aux petites attentions de nos trois collègues.

Mais ce n'est pas la qualité du service ou les longues heures de travail qui font d'eux les lauréats du Prix Carsky 2018. C'est plutôt, le sacrifice et le dévouement exceptionnels dont ils ont fait preuve pendant la guerre civile, et surtout pendant les moments difficiles en 2002 et encore en 2004, et cela, nous ne devons jamais l’oublier.

Pendant la crise de 2002, plus précisément du 18 septembre au 26 septembre, ils ont servi les invités de divers calibres (un membre du Conseil d'administration, un chercheur invité des NARS, des consultants, des étudiants, et bien sûr des nouveaux membres du personnel et leurs familles). Fidèles à eux-mêmes – alors que les combats faisaient rage devant la maison d'hôtes, et que des balles perdues pénétraient dans le bâtiment, sans électricité, sans eau, sans téléphone et sans réseau GSM, tout était coupé – Jo, Pierre et Moussa arrivaient à faire les courses et à préparer les repas trois fois par jour, nettoyaient les chambres et s'assuraient que tout le monde s'occupe. Chaque jour, ils arrivaient avant l'aube et repartaient après le coucher du soleil, ce qui était extrêmement dangereux, car il y avait un couvre-feu. Malgré tout, ils ont veillé à ce que les invités ne souffrent pas de la situation, et ils ont risqué leurs vies en défiant le couvre-feu.

Pendant la crise de 2004, du 4 novembre au 6 novembre, la situation était encore pire qu'en 2002, car cette fois l’infanterie avait été rejointe par l'armée de l'air qui bombardait Bouaké. La maison d’hôte était bondée de collègues récemment transférés de Bamako, dont notre regretté collègue Bob Carsky. La maison d'hôtes a également servi de refuge pour les membres du personnel qui avaient quitté leurs maisons parce que l'eau et l'électricité y avaient été coupées à nouveau. En fait, le personnel du Guest House transmettait aux collègues, qui vivaient encore dans leurs maisons à Bouaké, les messages envoyés par Bob qui séjournait au Guest House. Encore une fois, nos trois valeureux collègues n’hésitèrent pas à mettre leurs vies en danger.

En bref, le personnel du Guest House a fait tellement plus que ce que l'on pouvait raisonnablement attendre d'un collègue. Pour ce don de soi exemplaire, nous décernons à Jo, à Pierre et à Moussa, le Prix Robert Carsky 2018.

 

00:0000:00